Getting to Know Johnny F. Kim

JFK OTH

Pour ceux qui ne savent pas déjà, Johnny est une des personnes les plus importantes chez OTH. C'est notre chef d'opérations. Quand il n'est pas en train de gérer le jour à jour de la boutique, il écrit pour The Hundreds ... et il a sa propre marque .... et il est cinéaste. Johnny est un des gars le plus intéressant et génial que tu pourrais avoir le plaisir de connaître. On s'est assis avec lui pour parler de ses divers projets, et du cheminement qu'il a fait dans le domaine créatif. Vous pouvez également lire son plus l'article récent sur Les cents, ainsi que voir ces réalisations cinématographiques! 


Depuis combien de temps travailles-tu chez OTH?
Ça fait environ 7 ans que je suis là, incluant l'année que j'ai pris en congé. 

Une journée typique pour toi, ça consiste en quoi, exactement?
Comme chef d'opérations, je m'occupe du Entreprise de vaisseau spatial. Dans le fond je m'assure que tout fonctionne bien, et que tout est complété dans un délai assez raisonnable.

Quels sont les projets que vous entreprenez à l'extérieur de OTH?
Où commencer? Je suis toujours en train de travailler sur quelque chose. C'est pas prévu un projet mais il y a toujours une vidéo à faire ou à concevoir, ou sinon il y a du travail à faire pour Petite-Patrie, ma marque. Si jamais j'ai vraiment rien à faire, je fais une production d'une dizaine de t-shirts sous une marque qui n'existe même pas. Juste pour rigoler.

J'aime prendre les choses une à la fois. J'ai eu la chance d'apprendre plusieurs façons d'être créatif, donc je facilement choisir les projets que je veux entreprendre.

Que fais-tu pour te déconnecter du travail?
Je ne considère pas vraiment les projets que j'entame comme du travail, donc la plupart du temps je m'amuse déjà en "travaillant". À la fin de la journée, c'est ce qui compte le plus pour moi. Rester en forme c'est quand même un passe-temps important, par contre.

Cela dit, je joue souvent aux jeux vidéos. Ça m'aide à moi déconnecté du travail si jamais j'en ai besoin. GTA V sort bientôt, donc je crois que je vais passer l'hiver à Los Santos en train de faire des passer, (rires).

C'est quoi ta passion, si tu devais en choisir une?
L'expérience que j'ai acquise depuis que j'ai commencé à travailler dans le domaine m'a fait apprécier le mode et le détail de plus en plus. J'ai pu comprendre les politiques d'arrière-plan et l'immense effort dédié au l'image de marque par les différentes marques. En sept ans, j'ai vu des marques grandir et évoluer, et j'en ai vu d'autres disparaître. Avec le temps, j'ai vu ce qui marchait pour la boutique et ce qui ne marchait pas. Tout cela me motive à faire un peu mieux à chaque jour, et ça me garde occupé aussi. J'adore ma emploi, je ne peux pas me plaindre.

Comment est-ce que SHOT BY JFK a commencé?
SHOT BY JFK a commencé environ un an après que j'ai commencé à travailler chez OTH. Un de mes a amis m'a convaincu de recommencer à faire de la vidéo. Il m'a appris énormément sur non seulement l'aspect technique de la cinématographie, mais aussi sur le côté esthétique. Merci JP!

Quand j'ai recommandé à filmer, c'était le début de l'ère DSLR. Donc c'était super facile de me trouver une caméra et d'aller filmer tout ce que je pouvais pour moi perfectionner au fur et à mesure. J'ai commencé en documentant les petits trucs de tout les jours, ensuite je suis passé au portraits, et maintenant je fais de la mise en scène pour des vidéos.

Le nom SHOT BY JFK est juste un petit jeu de mots avec mes initiales et l'assassinat de JFK

C'est quoi le projet le plus mémorable sur lequel t'as pu travailler?
Probablement quand j'ai eu la chance de faire une entrevue avec RZA à Berlin. C'était de pure chance pour être complètement honnête. J'étais en Allemagne pour Bread and Butter et j'ai croisé Pete, de Highsnobiety. Il avait besoin de quelqu'un pour le filmeur l'entrevue à la dernière minute. Bien sur j'ai dit oui. La journée de l'entrevue, il a été pris dans le trafic, donc j'ai du improvisateur le tout. J'étais un peu nerveux. Mais c'est quand même RZA! C'est pas à chaque jour qu'on a la chance de s'asseoir tout seule avec pendentif RZA 30 minutes pour lui poser des questions. (rires)

Sur ce point là, comment as-tu pu travailler avec The Hundreds?
C'est grâce à Angelo, Graeme et Gary de Take Five Trading. Ils m'ont ouvert la porte et j'ai couru à travers.

J'ai toujours été un admirateur de ce que The Hundreds fait. J'ai un respect immense pour leur philosophie et leur idéologie. Les gens devraient apprendre à être aussi ouverts et honnêtes que eux. Pour moi, c'est plutôt une marque culturelle et non une marque de streetwear. Depuis le début, ils ont réussi à maintenir leur image et ce sont rendus accessibles. Bobby et Ben, c'est des gars normaux qui, par hasard, font des trucs super cools. Même si tu ne portes pas leurs vêtements, c'est dur ne pas apprécier ce qu'ils font.

Tout de même, je n'aurais jamais cru qu'un jour je ferais parti de leur monde. C'est vraiment un privilège pour moi d'avoir une plateforme ou je peux m'exprimer sur les choses que j'aime. Écrire pour les centaines, c'est un peu comme écrire pour la Gazette, parce qu'ils veulent que je prenne une approche plus journalistique. Il y a beaucoup de recherche à faire pour formuler les questions avant de m'asseoir avec quelqu'un. Jusqu'à présent, c'est super et je crois qu'ils aiment ce que je leur offre! Merci, Alina!

Depuis combien de temps écris-tu?
Depuis la maternelle. Au début, j'avais un peu de misère avec les lettres, mais avec le temps, je me suis amélioré peu à peu. (rires)

Sérieusement, j'avais un site, Derived Thread, il y a 4 ou 5 ans. J'écrivais tout seul au début. J'écrivais sur différentes marques, sur les choses que j'aimais, les choses que j'aimais moins, sur Montréal, et je faisais aussi des entrevues. Dans le fond, c'était ce que je ne pouvais pas mettre sur OTH. (rires)

Après un an, j'ai rajouté 4 ou 5 gars à l'équipe. Pour la plupart, c'était du monde que je connaissais grâce à la boutique et qui avait l'approche que moi. Travailler sur ce site m'a aidé à améliorer mon écriture, parce que je cherchais toujours à écrire sur des trucs que les autres blogs ignoraient. Je voulais prendre une approche un peu plus approfondi. 

As-tu d'autres projets sur l'horizon?
Ouais, en fait je suis en train d'écrire mon premier court-métrage. C'est dur, parce que j'ai découvert que je suis un perfectionniste. (rires) J'ai une idée en tête, mais j'ai pas vraiment commencé. Ça viendra et ça sera super. 

Si quelqu'un voulait faire de quoi créatif dans la vie, que leur dirais-tu?
Comme Nike le dit si bien: Simplement fais-le.

Fait le passionnément et reste humble quand tu connais du succès. Fais ce que tu fais pour toi-même, et seulement toi-même. Ne perds pas ton temps avec ce que les autres vont penser. N'hésitez pas et donne-toi pas de titre. Tout cela viendra après. Le plus important, pour moi, c'est de trouver ses propres idées. Ne vole jamais les idées ou les projets des autres. Soit créatif!

Pour ceux qui ne le savent pas déjà, Johnny est l'une des pièces intégrales du Off The Hook équipe. En tant que chef des opérations, il s'assure que la boutique fonctionne bienothau jour le jour. Lorsqu'il n'est pas au magasin, il contribue également à The Hundreds ... et dirige sa propre marque ... et réalise des films. Johnny est l'un de ces gars qui a toujours un projet dans sa manche. C'est aussi l'un des gars les plus gentils et les plus intéressants que vous aurez le plaisir de rencontrer. Nous nous sommes assis avec lui pour discuter de ses nombreux projets et comment il en est arrivé au point où il en est aujourd'hui. Vous pouvez également consulter sa dernière pièce pour Les cents, ainsi quedes courts métrages qu'il a produits

Depuis combien de temps Off The Hook?
Environ 7 ans maintenant, y compris mon hiatus d'un an.

En quoi consiste une journée type pour vous?
En tant que directeur des opérations, je m'assure que le Starship Enterprise fonctionne correctementothly et que le capitaine Kirk et Spock ne sont pas sur mon cas. À peu près, faites la merde et vite. Ensuite, c'est le suivant. Envoyez-moi Scotty!

Quels sont vos projets, hobbies, passions? Si je voulais être Johnny Kim, que devrais-je faire?
Par où commencer (rires). J'ai toujours quelque chose en préparation; pas forcément des projets, mais il y a soit une vidéo à tourner ou à réaliser, soit je travaille sur ma marque Petite-Patrie, soit je fais quelques dizaines de t-shirts sous une fausse marque juste pour les blagues.

Je prends les choses comme elles viennent. J'ai eu la chance d'apprendre de nombreuses façons d'être créatif que je peux facilement choisir et choisir sur quels projets je veux travailler.

En ce qui concerne les hobbies, j'appelle n'importe quel projet sur lequel je travaille un hobby. La plupart du temps, je le fais pour le plaisir et, pour moi, c'est ce qui compte vraiment.

Rester en forme est également un passe-temps important (rires).

Mais je joue à beaucoup de jeux vidéo pour m'aider à me déconnecter de tout. GTA V sort sur PS4, donc mon passe-temps va tuer des gens et faire des allées à Los Santos à la première personne, tout l'hiver (rires).

Mais sérieusement, je pense que l'expérience que j'ai acquise depuis que j'ai commencé à travailler dans cette industrie m'a fait aimer davantage le monde réel et la mode. Comprendre la politique back-end et toute la marque qui se passe dans les coulisses. Voir de nouvelles marques se développer et des tendances qui vont et viennent, gérer les chiffres ou voir ce qui fonctionne et ne fonctionne pas pour la boutique. Toutes ces choses m'aident à rester occupé, mais elles me motivent également à être meilleur. J'aime mon travail et je ne peux me plaindre de rien.

Comment SHOT BY JFK a-t-il commencé? 
SHOT BY JFK a commencé peut-être un an ou deux après avoir commencé à travailler chez Off The Hook.

Un de mes amis m'a fait recommencer à filmer et à faire des vidéos à l'époque. Il m'a beaucoup appris sur le plan technique, mais il m'a aussi aidé à découvrir l'aspect esthétique. Il m'a beaucoup aidé à expérimenter avec la caméra. Alors merci JP!

Mais, quand j'ai commencé à filmer, c'était le début de l'ère de la vidéo DSLR. Il m'a donc été facile de me procurer un appareil photo et de simplement filmer n'importe quoi et d'apprendre au fur et à mesure. J'ai commencé par documenter la vie de tous les jours, puis j'ai fait de petits portraits et maintenant, je réalise des vidéos.

Mais je suis toujours en train d'apprendre tous les jours.

Le nom lui-même est un jeu sur mes initiales et l'assassinat de JFK. Je viens de le retourner.

Le moment le plus mémorable a probablement été lorsque j'ai interviewé le RZA à Berlin. C'était de la pure chance pour être honnête. J'étais là pour Bread and Butter et j'ai croisé Pete de Highsnobiety. Il avait besoin de quelqu'un pour filmer l'interview à la toute dernière minute. Le jour de l'entretien, il s'est retrouvé coincé dans la circulation et n'a pas pu arriver à temps. Donc à peu près, j'ai dû improviser le tout. J'étais un peu nerveux au début, je ne mentirai pas. Viens, ce n'est pas tous les jours que tu restes coincé dans une salle blanche avec le RZA pendant 30 minutes, en lui posant des questions (rires). Bon temps.

Sur cette base, comment avez-vous commencé à contribuer pour The Hundreds?
Merci à Angelo, Graeme et Gary de Take Five Trading. Ils ont construit ce pont pour moi et je l'ai traversé.

Mais, j'ai toujours été un fan des centaines depuis le début. Je respecte la philosophie et l'idéologie de la marque. Les gens devraient apprendre à être aussi ouverts que The Hundreds. Pour moi, ils sont plus une marque culturelle qu'une marque streetwear. Depuis le premier jour, ils ont conservé leur image et se sont rendus (Bobby et Ben) accessibles. Ce sont des mecs réguliers qui font des choses sympas.

Même si vous ne portez pas leur clothes, vous ne pouvez pas vraiment les détester. Avant que l'industrie ne devienne ce qu'elle est aujourd'hui, The Hundreds était là; ils ont joué un rôle important dans tout cela.

Mais je n'aurais jamais pensé qu'un jour je ferais partie de leur monde. C'est vraiment un privilège qu'ils me donnent une plateforme pour parler des choses que j'aime. Écrire pour eux, c'est comme écrire pour la Gazette. Ils veulent que j'aie une approche plus journalistique. Je fais mes recherches et construis mes questions en conséquence.

C'est vraiment amusant et je pense qu'ils ont apprécié mes écrits. Merci Alina!

Depuis combien de temps écris-tu?
Depuis la maternelle vraiment. Les premières années, j'ai eu du mal à faire mes lettres, mais au fil des années, je me suis amélioré pour écrire l'alphabet (rires).

J'ai utilisé un site appelé Derived Thread il y a 4 ou 5 ans. Il était en fait en place depuis trois ans. J'écrivais seul au début; sur les marques, les choses que j'aime et que je déteste, la culture de la rue de Montréal, quelques entrevues. C'était essentiellement les choses sur lesquelles je n'étais pas autorisé à publier OTH (des rires).

Puis, un an après, j'ai ajouté une équipe d'environ 4-5 gars. Ce sont surtout des amis que je me suis fait autour du magasin et qui ont le même état d'esprit que moi. Ce site m'a aidé à progresser en tant qu'écrivain, car je cherchais toujours à parler des choses dont personne ne parlait sur le other blogs. Je voulais obtenir un entretien plus perspicace qu'une approche large.

Lire beaucoup aide aussi.

Toute othes projets à l'horizon?
J'essaie en fait d'écrire mon premier court métrage. C'est difficile, car je suis perfectionniste dans tous les aspects. J'ai l'idée en bas, mais je n'ai pas encore vraiment commencé. Cela viendra cependant et ce sera un grand film.

Quels conseils pour les personnes qui souhaitent faire de la créativité dans leur carrière?
Nike le dit le mieux: Just Do It.

Faites-le avec passion et soyez humble à ce sujet. Ne laissez rien vous monter à la tête et ne doutez jamais de vous. Faites-le pour vous, seulement vous et ne vous souciez pas de quoi othpensent les autres. Ne faites pas un demi-pas. Ne devenez pas prétentieux. Ne vous donnez pas de titre. Et, surtout, ne volez pas other les conceptions et les projets des gens. Venez avec vos propres idées. Sois créatif. Les idées vont et viennent.

Laisser un commentaire

Continue shopping
Your Order

You have no items in your cart