C'mon Feet - Episode 3 - Ana Cristina Mendoza

La version anglaise suit le français.

Auteur: Habib Siam - Traduction: Nancy Siam - Photographie: Tron - Art: Tracy Siam - Musique: Sandhill

Auparavant sur C'mon Feet.

C'mon Feet Ana Cristina Mendoza Bannière Allez pieds Ana Cristina Mendoza OTH 1

C'était le premier entretien et séance photo qu'on a fait pour C'mon Feet. Je n'avais jamais rencontré Cristina mais sur eu eu au téléphone plusieurs fois après que Yassin m'a recommandé de l'inclure dans le projet. Il ne sait pas exactement ce qu'elle fait dans la vie, mais elle sait qu'elle bosse dans le design, qu'elle aime les sneakers et qu'elle a des histoires à n'en plus finir. J'ai rencontré notre mystérieuse «fashionista» un jour d'hiver typiquement montréalais où on voit la neige tomber horizontalement. Je ne sais pas exactement comment ni où les flocons touchent le sol, mais évidemment ils le font. Petit à petit, la ville nous fait penser au bureau de Tony avant qu'il nous introduise à son «petit pote. »Le temps que j'arrive chez Cristina les escaliers qui mènent à son appartement représentent un tel risque que je maudis l'hiver et les marches glissantes d'un même souffle gelé. Au moins, ce ne sont pas les escaliers en colimaçon.

Allez pieds Ana Cristina Mendoza OTH 2 Allez pieds Ana Cristina Mendoza 3 OTH

J'arrive en haut, je sonne et je remarque un autocollant sur la porte: «attention au chien». Au moment où je rentre, je suis accueilli par Carlito Suavé, un bulldog victorien de Biscayne, et C-Dawg Playboy, un Jack Russell écossais que Cristina a adopté à Dubaï. Pour quelqu'un d'origine Espagnole, Aztèque, Italienne et Libanaise, rien d'étonnant à ce qu'elle partage sa maison avec deux chiens internationaux. Le couloir d'entrée mène à une autre volée de marches. Celles-ci vous conduisent à une chambre avec une table en bois de chêne. A droite, il y a ce qui semble être un dressing avec tout un tas de SB éparpillées dans le coin. «Je n'ai jamais vu une paire de Hunters aussi petites», je me suis dis. C'est là que Cristina sort, une paire de Blazer avec un poney hair swoosh aux pieds - un 5,5 homme je découvre plus tard.

Ana Cristina Mendoza échappe à toute définition ou catégorisation qu'on pourrait lui imposer. Son attirance pour la mode est enracinée dans le rythme effréné de l'industrie. «Ca bouge toujours, ça évolue, ça change et ce n'est jamais immobile… et je pense que c'est dans mon sang. Je suis né avec », elle m'explique en racontant son parcours nomade. Après avoir écouté son entretien, Yassin m'envoie un email. «Je ne sais toujours pas ce que Cristina fait», il admet. Mais, je suis sûr que c'est le mais. Cristina se connait assez bien pour savoir exactement ce qu'elle fait et vers quoi elle se dirige. Elle semble être quelqu'un avec de grandes aspirations, le talent pour les réaliser et toute intention du monde de le faire. J'ai comme l'impression que son imprécision et sa réserve occasionnelle sont des techniques de défense pour ne pas être bloqué dans les perceptions des autres de qui elle est et de ce qu'elle représente. Dans un sens, c'est ironique qu'elle n'ait pas gardé une seule de ses boîtes de sneakers. 

Allez pieds Ana Cristina Mendoza 4 OTH Allez pieds Ana Cristina Mendoza 5 OTH

Cristina a un avis unique sur les chaussures, faisant souvent référence aux structures de la mode, l'architecture des sneakers, ou la construction d'une chaussure. Malgré son affinité pour le changement, l'amour de la latino-libanaise pour les paniers émane de la constance et lui procurent. «Elles sont fidèles», insiste-t-elle. «Je veux dire regarde… une femme grossie, et elle perd du poids, ensuite elle redevient un peu boulotte, mais tu sais quoi? Ta chaussure te va toujours. »C'est cette fiabilité qui a permis de créer un lien entre Cristina et ses pompes. Elle traite ses paniers comme l'incarnation de certains moments de sa vie, qu'ils soient doux, aigres, ou aigres-doux. Du voyage au travail, des relations aux souvenirs d'enfances, Cristina a des histoires pour chaque paire. Il me semble qu'on l'a vu pendant une phase de transition dans sa vie - une phase symbolisée en quelque sorte par son éloignement des paniers pour entrer dans l'univers des chaussures à talon. Elle a eu les larmes aux yeux quand elle s'est mise à penser à ce que les SB, Jordan et Diamond Turf représentent pour elle. Ce tremblement momentané dans sa voix pendant qu'elle nous parlait de ses «bébés» était un beau moment, émouvant, l'un des plus authentiques que nous ayons vécu sur ce projet.

Écoutez le podcast en bas de page et dirigez-vous vers @cmonfeet sur Instagram pour plus de photos!

 Note de l'éditeur: pour information, je me suis cassé la gueule sur ses escaliers en descendant.

Allez pieds Ana Cristina Mendoza 10 OTH Allez pieds Ana Cristina Mendoza 7 OTH Allez pieds Ana Cristina Mendoza 8 OTH

Ce fut la première interview et tournage que nous avons fait pour C'mon Feet. Je n'avais jamais rencontré Cristina, mais nous avions parlé au téléphone plusieurs fois après que Yassin m'ait recommandé de l'inclure dans le projet. Il ne pouvait pas me dire exactement ce qu'elle faisait, mais savait qu'elle était dans le design, qu'elle aimait des baskets et avait des histoires pendant des jours. J'ai fait le lien avec notre mystérieuse fashionista lors d'une de ces journées d'hiver à Montréal où vous regardez par la fenêtre et voyez la neige «tomber» horizontalement. Je ne sais toujours pas comment ni où les flocons ont touché le sol, mais ils le font évidemment et ont la ville ressemblant au bureau de Tony avant de dire bonjour à son «petit ami». Quand j'arrive chez Cristina, l'escalier menant jusqu'à son appartement représente un danger suffisant pour que je maudisse l'hiver et les marches glissantes dans le même souffle glacial. Au moins, ce ne sont pas les vents.

Allez pieds Ana Cristina Mendoza 9 OTH Allez pieds Ana Cristina Mendoza 6 OTH

Je monte en haut, je sonne à la porte et je remarque un autocollant sur la porte d'entrée: "Méfiez-vous des chiens". En entrant, je suis accueilli par Carlito Suavé, un Bull Dog victorien de Biscayne, et C-Dawg Playboy, un Jack Russell Cristina écossais adopté à Dubaï. Partager une maison avec deux chiens internationaux ne semble approprié que pour une personne dont le contexte culturel est un mélange d'espagnol, d'aztek, d'italien et de libanais. L'entrée du couloir se connecte à unother vol d'escaliers. Ceux-ci vous emmènent dans une pièce avec une table à manger en chêne massif. À droite se trouve ce qui ressemble à un dressing avec un tas de SB de l'ère de la boîte rose dispersés dans le coin. «Je n'ai jamais vu une paire de chasseurs aussi petite», me suis-je dit. C'est à ce moment-là que Cristina sort, berçant une paire de blazers avec un swoosh en poils de poney - une taille 5.5 pour homme, je le découvrirai plus tard.        

Ana Cristina Mendoza échappe à toute définition ou catégorisation que vous pourriez lui imposer. Son attrait pour la mode est enraciné dans le rythme implacable de l'industrie. «Il est toujours en mouvement, et évolue, et change, et n'est jamais immobile… et je pense que c'était dans mon sang. Je suis née avec ça », explique-t-elle en racontant une éducation nomade. Après avoir écouté son interview, Yassin m'a envoyé un e-mail. "Je ne sais toujours pas ce que fait Cristina", a-t-il admis. Je suis à peu près sûr que c'est le but. Cristina est suffisamment consciente d'elle-même pour savoir exactement ce qu'elle fait et où elle va. Elle me semble être quelqu'un qui a de grandes aspirations, le talent pour être à la hauteur de ces dernières et toutes les intentions de miser sur cette promesse. J'ai l'impression que son imprécision ou sa distance occasionnelle est une tactique de défense contre le piégeage othles perceptions des gens de qui elle est et de ce qu’elle est. D'une certaine manière, c'est ironique et dire qu'elle n'a pas gardé une seule de ses boîtes de baskets.

Allez pieds Ana Cristina Mendoza 11 OTH Allez pieds Ana Cristina Mendoza 12 OTH

Cristina a une vision unique de la chaussure, faisant souvent référence aux mathématiques de la mode, à l'architecture des baskets ou à la construction d'une chaussure. Malgré son affinité pour le changement, l'amour des baskets Lebano-Latina vient de la cohérence qu'elles lui procurent. «Ils sont fidèles», insiste-t-elle. «Je veux dire, regarde… une femme grossit, et elle perd du poids, puis elle redevient un peu plus grasse, mais tu sais quoi? Votre chaussure vous ira toujours. »C'est cette fiabilité qui a contribué à créer un lien entre Cristina et ses coups de pied. Elle traite ses baskets comme l'incarnation de certaines phases de sa vie, qu'elles soient sucrées, amères ou douces-amères. Des voyages aux voyages, aux relations et aux souvenirs d'enfance, Cristina a des histoires pour s'adapter à chaque paire qu'elle possède. Nous avons semblé l'attraper à un moment transitoire de sa vie - symbolisé, à certains égards, par son éloignement des baskets dans le monde des talons. Elle est devenue brumeuse en réfléchissant à ce que ses SB, Jordans et Diamond Turfs signifiaient pour elle. Cette fissure momentanée dans sa voix alors qu'elle nous parlait de ses «bébés» était belle, touchante et l'un des moments les plus authentiques que nous ayons vécus sur ce projet.

Consultez le podcast ci-dessous et cliquez sur @cmonfeet sur Instagram pour plus de photos!

 Note de l'éditeur: Pour mémoire, je me suis cassé le cul dans les escaliers en descendant.

 

Laisser un commentaire

Continue shopping
Your Order

You have no items in your cart